Jeudi 27 Novembre

Hobby Forever, le WebZine des Hobbyistes - Maquettes, figurines et toys des univers manga, SF et jeux vidéo



Preshading et postshading, les ombrages à l’aérographe




Peindre ses maquettes à l’aérographe permet par définition d’obtenir une belle peinture lisse et sans marque de pinceau. Mais ce n’est pas le seul avantage, l’aérographe permet aussi et surtout de réaliser différents effets pour améliorer le rendu de votre kit. Réaliser des ombrages grâce à des dégradés est l’une des techniques de base pour donner volume et réalisme à vos réalisations en cassant l’aspect "jouet" d’une peinture trop plate et uniforme.

On distingue essentiellement deux techniques d’ombrage à l’aérographe : le preshading, qui consiste à réaliser l’ombrage avant application de la couleur finale, et le postshading qui s’effectue une fois la peinture de base terminée. Voici donc une présentation de ces deux techniques, avec leurs avantages et inconvénients.

I. LE PRESHADING

Le preshading est une technique qui a été popularisée dans le monde du gunpla : par le maquettiste japonais Max Watanabe. Elle est facile à réaliser, ne demandant pas une grande maîtrise de l’aérographe. De plus les erreurs sont très facilement rattrapables, ce qui la rend tout à fait accessible aux débutants à l’aéro.

Le principe :
Sur une base foncée, on peint l’intérieur de la pièce en blanc en laissant les bords extérieurs et panel lines : foncées, puis on applique un voile de peinture de la couleur désirée sur l’ensemble. La couleur ressortira parfaitement sur les zones blanches, mais sera assombrie sur les zones foncées avec un effet de dégradé.

Petit point sur le matériel avant de commencer :
- la taille de la buse de l’aérographe a assez peu d’importance pour réaliser un preshading, dans la mesure où il ne s’agit pas vraiment d’un travail de précision. Un aéro équipé en 0.2, 0.3 ou 0.4mm fait donc l’affaire. Simplement le jet d’une buse de 0.4mm rendra le travail plus délicat sur un kit de petite taille (12cm), et une de 0.2mm rendra le travail plus long sur un kit de grande taille. Petit rappel : plus la taille de la buse est grande, plus le jet est large.
- la dilation est une dilution classique avec la consistance du lait (entre 30 et 50% de diluant)
- en conséquence la pression d’air est d’environ 1bar.

La réalisation du preshading

Preshading et postshading, les ombrages à l’aérographe
1. Une fois votre maquette apprêtée comme il se doit, on commence par appliquer une base foncée sur l’ensemble de la pièce. Vous pouvez utiliser du noir pour cette étape, notamment si la couleur finale de votre kit est foncée. Mais si la couleur finale doit être claire, le choix d’un ton plus foncé que votre teinte finale permet d’obtenir un dégradé plus subtil : par exemple pour une maquette rouge, vous pouvez utiliser du marron foncé comme base.
Dans l’exemple ci-contre, je vais réaliser un preshading pour un kit qui sera au final gris clair. J’ai donc commencé par une base gris foncée.

Preshading et postshading, les ombrages à l’aérographe
2. Seconde étape : les éclaircissements en blanc. On commence par vaporiser au centre de la pièce et on remplit progressivement l’intérieur de la zone à éclaircir en allant vers l’extérieur. La largeur des bandes foncées déterminent le dégradé de l’ombrage final. Par conséquent ne laissez pas des bandes trop fines, sans quoi le dégradé final sera lui-même trop fin et peu esthétique.
On peut voir sur la photo ci-contre que le blanc n’était pas assez dilué car il y a des crachotis. Cela n’a pas vraiment d’importance pour le preshading, dans la mesure où le voile de couleur final viendra gommer cet effet disgracieux. C’est l’une des raisons qui rend le preshading accessible, la maîtrise de la dilution n’est pas primordiale.

Preshading et postshading, les ombrages à l’aérographe
Sur cette autre photo on peut voir par contre un preshading réalisé avec une bonne dilution. Le dégradé est net, sans crachoti. Cela permet aussi d’avoir une plus grande précision sur les petites zones. Petit rappel : plus une peinture est diluée, plus la pression à la sortie du compresseur doit être basse pour éviter les coulures. Si vous avez des doutes sur votre mélange et votre réglage, faites d’abord des essais sur papier pour obtenir la bonne projection !

Preshading et postshading, les ombrages à l’aérographe
3. Dernière étape : on termine avec un voile de la couleur finale. Il ne faut pas avoir la main trop lourde sans quoi vous effacerez carrément votre dégradé. Pour réaliser un voile, allez-y molo sur le débit de peinture et vaporisez à une 15ène de cm. Ajustez la distance au besoin, mais mieux vaut commencer trop loin et se rapprocher progressivement pour arriver à la bonne distance que de commencer trop prêt et faire une boulette. Accentuez plus ou moins le voile selon que vous souhaitez un ombrage marqué (voile léger) ou au contraire plus doux (plusieurs voiles progressifs) et pour bien fondre les couleurs entre elles.

Enfin dernier petit conseil : réalisez chaque étape sur l’ensemble des pièces de la maquette lors d’une même session de peinture afin de vous assurer de réaliser un ombrage bien uniforme sur l’ensemble du kit. Car en réalisant intégralement la peinture d’une partie, puis en faisant une autre partie plus tard, vous risquez de ne pas retrouver le même "coup de main" d’une séance sur l’autre.


Pour lire la suite de l'article, cliquez sur "SUIVANT"...................................................

Samedi 30 Août 2008
Zenkuro
Lu 16780 fois



Commentaires

1.Posté par MaKoTo le 30/08/2008 12:42
Un tuto qui tombe à Pic !!!!!
et m'a permis de faire le point sur les zones d'ombres de la vision que j'avais de ces techniques.

2.Posté par Zenkuro le 30/08/2008 12:56
Heureux que ce tuto t'ai été utile ! C'est justement en voyant les questions que tu te posais sur le WIP de ton Freedom, et qui sont celles que totu le monde se pose au débit, que j'ai eu l'idée de ce tuto :)

Nouveau commentaire :

No Paint | Montage et Peinture | Techniques | Matériel | Trucs et astuces