Hobby Forever - le WebZine des Hobbyistes

Finished work - RX-0-FDS Muricorn Gundam 'Freedom Delivery System'


Rédigé par Zenkuro le Mercredi 6 Juin 2018 à 18:36 | Lu 607 fois | 0 commentaire(s)



Ma dernière réalisation en date est un bon gros délire basé sur le HGUC Gundam Unicorn de Bandai. Ça faisait longtemps que l’idée me trottait dans la tête et j’aime par dessus tout désacraliser ce mobile suit que je méprise presque autant que le Barbatos. MAKE FEDERATION GREAT AGAIN !

Gundam Unicorn et moi

C’est en 2010 que j’ai découvert la série MS Gundam Unicorn. Nous avions alors eu la chance de bénéficier de la sortie du première épisode en France au format bluray chez feu BEEZ. J’avoue qu’il m’avait fait forte impression. L’anime démarrait sur les chapeaux de roues et était d’une qualité technique irréprochable. Malheureusement les japonais imposaient à BEEZ de vendre les volumes suivants au prix japonais, soit dans les 45€ le bluray pour un seul épisode d’1h. Évidement, vendre à ce prix sur le marché français n’était pas envisageable pour BEEZ qui serait allé droit dans le mur. La sortie française d’Unicorn s’arrêta ainsi à cet unique premier épisode.

Qu’à cela ne tienne, les blurays japonais de Gundam Unicorn incluant des sous-titres français (ce qui depuis est le cas de la plupart des nouveaux OAV et films Gundam sortant au Japon), je me suis rabattu sur les éditions japonaises, ce qui revenait peu ou prou à 60€ l’épisode en ajoutant les frais de port. Au final j’ai acheté au prix fort l’intégral de ce que je considère comme l’un des plus beaux gâchis de la franchise Gundam. Car d’épisode en épisode le scénario n’a fait que s’enfoncer. Au moins visuellement ça tient la route, ce qui m'a fait continuer. Unicorn est une série qui avait tellement à offrir ! Au final elle est retombée comme un soufflet, manquant de courage tant dans ses choix scénaristiques que dans le design des Mobile Suit qui sentent bon le réchauffé et le manque d’innovation.
... et j'aime même pas cette série...
... et j'aime même pas cette série...

Du coup, j’avais commencé les kits HGUC sortis à l’époque avec les deux Unicorn, Unicorn et Destroy mode (les HGUC ne sont pas transformables contrairement aux RG, MG et PG sortis par ailleurs) et le Geara Zulu.

Dépité par la série, je me suis arrêté là et ces kits ont traîné des années dans mon stock avant que je ne les touche. Le Geara Zulu m’a finalement servi de cobaye pour tester les peintures Ammo by MIG. Quant aux deux Unicorn, MS que par ailleurs je méprise au plus au point, j’ai choisi d’en rire.

Mépris, c’est bien le terme. La version Destroy est une véritable caricature de l’algorithme Katokieske, c’est en effet à Hajime Katoki que l’on doit le design de l’Unicorn ainsi que de la majorité des MS de la série d'ailleurs. Ses proportions sont à mon goût complètement foirées poussant le principe "longues jambes, buste court" au-delà du bon goût. J’ai donc parodié cela en faisant une version Ka de l’Unicorn Destroy mode, une sorte de version Ka Ka du coup. Je vous montrerai ça bientôt si vous ne l’avez pas déjà vu sur ma page Facebook et le forum lors de sa réalisation l’année dernière.

Mais ici je vais parler de la version Unicorn. Un MS dont les proportions restent correctes avant transformation en mode Destroy, mais qui brille par des lignes globalement fades. L’avantage de ce mode est par contre la multitudes de panel lines qui font que le kit, à y regarder de plus prêt, est quand même assez riche. Dommage que sa livrée entièrement blanche dans ce mode ne le mette pas plus en valeur.

C’est pourquoi j’ai longtemps réfléchi à un schéma de couleur qui puisse égailler ce MS si morne et ennuyeux à regarder. Version rose pailletée ? licorne arc-en-ciel ? ce n’est pas les idées colorées qui ont manqué mais j’ai finalement opté pour un schéma digne d’une super-production hollywoodienne : celui de la bannière étoilée. Mon Unicorn serait aux couleurs des Etats-Unis, champion autoproclamé de la liberté !
Boite du HGUC RX-0 Unicorn Gundam [Unicorn mode]
Boite du HGUC RX-0 Unicorn Gundam [Unicorn mode]

Conception du Muricorn Gundam

Le premier travail a été de définir précisément le schéma de couleur. Pour cela je me suis servi d’un line-art du Gundam Unicorn pour apposer les différents éléments et couleurs du drapeau américain sur l’Unicorn. Il fallait impérativement retrouver les étoiles blanches sur fond bleu et les bandes rouges et blanches. C’était le cahier des charges. J’ai rajouté le masque et la corne en orange, petit clin d’oeil au Président TRUMP. Une fois le schéma bien défini, j’ai pu attaquer la réalisation. Bon, j’ai un peu traîné entre temps, ça faisait un an qu’il était dans mon carton à projets invraissemblables.

Sur le montage lui-même, rien de particulier, il faut reconnaître qu’on a affaire à un HGUC très qualitatif avec beaucoup de pièces et quasiment aucune ligne de jointure à part pour le bazooka. Le gros du travail a donc été la peinture qui a nécessité par mal de masquage, nous allons en parler plus loin
Travail du schéma de couleur sur le line-art de l'Unicorn
Travail du schéma de couleur sur le line-art de l'Unicorn

Le choix de peintures lacquer Mr Color

Je précise tout d’abord que j’ai peint ce modèle essentiellement avec des peintures laquer Mr Color de la marque Mr Hobby.

Il s’agit de peintures à solvant qui se diluent avec des dérivées de diluant cellulosique. Ça sent fort, c’est toxique, donc masque protecteur contre les solvants et bonne aération du local sont indispensables. L’avantage est qu’elles sèchent très rapidement, ce qui permet d’enchaîner la peinture et les masquages sans avoir à attendre des plombes. Habituellement j’utilise le diluant de la marque, le Mr Color Leveling Thinner, qui a l’avantage d’incorporer dans sa formule un retardateur. La peinture laquer sèche ainsi moins vite et se tend mieux, ce qui donne un rendu plus lisse surtout avec les peintures brillantes.

Cette fois j’ai voulu tester le diluant "Lacquer Thinner" de Tamiya. Force est de constater que la dilution a été un peu plus compliquée que prévu. N’intégrant pas de retardateur, il faut être beaucoup plus précis pour arriver à la dilution parfaite. De plus la peinture sèche assez vite dans l’aéro pouvant créer au bout d’un moment des crachottis. Bon, ça se gère, et avec quelques ajustements le rendu reste bon, mais je préfère quand même utiliser le Mr Color Leveling Thinner.

Pour les références de couleurs utilisées à l’aérographe :
- sous-couche au Mr Surfacer 1000
- frame en AK Xtreme Metal Chrome, arme en AK Xtreme Metal Gun Metal
- Blanc "Super White" Mr Color 156
- bleu "Colbalt Blue" coblat Mr Color 80
- rouge "Red Madder" Mr Color 68
- orange "Orange Yellow" Hobby Color H24 pour le masque et la corne (acrylique cette fois)

Concernant les pièces blanches, j’ai joué avec la sous-couche grise et la transparence du blanc pour donner des effets d’ombrage légers, le blanc étant plus appuyé dans le centre des panneaux.

Pour les pièces bleues et rouges, après avoir appliqué deux couches pour obtenir un rendu bien vif, j’ai appliqué des éclaircissements en coupant la couleur de base avec un peu de blanc.
Sous-couche au Mr Surfacer 1000 et dilution au Lacquer Thinner Tamiya
Sous-couche au Mr Surfacer 1000 et dilution au Lacquer Thinner Tamiya

PIèces métallisées en AK Xtrem Metal Chrome et Gun Metal
PIèces métallisées en AK Xtrem Metal Chrome et Gun Metal

Blanc en Super White Mr Color
Blanc en Super White Mr Color

Bleu en Cobalt Blue Mr Color, rouge en Red Madder Mr Color et orange en Orange Yellow Hobby Color
Bleu en Cobalt Blue Mr Color, rouge en Red Madder Mr Color et orange en Orange Yellow Hobby Color

Un gros travail de masquage

Est venu ensuite le temps du masquage. Pour cela j’ai utilisé des bandes de masking tape de différentes tailles en fonction des besoins. Plus spécifiquement pour les bandes rouges j’ai utilisé du Micron Masking Tape de 1,5mm de la marque Aizu. Les pièces qui devaient accueillir les fameuses bandes présentaient d’ailleurs les 3 couleurs du kit, nécessitant des masquages successifs. Voici l’ordre que j’ai utilisé.

Le principe général est de commencer par la couleur la plus claire, qui par définition est la moins couvrante. J’ai donc d’abord appliqué le blanc. J’ai ensuite masqué avec la bande de masquage de 1,5mm pour créer les fameuses bandes rouges. Pour les épaules il n’y avait que 2 bandes de masquage à apposer par pièce, je les ai directement appliquées à main levée, en les espaçant de 1,5mm pour que les bandes rouges et balnches soit de même épaisseur. L’astuce très simple était de se servir d’un morceau de bande de même largeur pour obtenir toujours le même écart sans effort.

Pour les jambes par contre c’était une autre histoire, chaque mollet devant accueillir pas moins de 13 bandes ! Du coup cette fois-ci je me suis créé un masque réutilisable. Pour cela j’ai fixé perpendiculairement les 13 bandes de 1,5mm entre deux bandes de masking tape plus larges. Cela m’a permis de ne réaliser qu’un seul masque pour les 4 pièces tout en facilitant grandement la mise en place des bandes.

Une fois le rouge appliqué, les bandes sont formées. J’ai ensuite masqué la partie ainsi peinte pour appliquer le bleu.

Lorsque le masque doit suivre une panel ligne, comme c’était le cas ici, une astuce très simple consiste à appliquer le morceau de masking tape en recouvrant la panel line, de marquer le creux avec un cure-dent, puis de découper le long de la marque avec une lame de cutter neuve. Je vous présentais cette technique dans un tuto il y a déjà 10 ans. Hop ! Rapide, propre et efficace !

Après avoir posé le masque, et étant donné que mon bleu n’avait pas un fort pouvoir couvrant, j’ai au préalable passé un coup de Mr Surfacer à l’aérographe afin d’uniformiser la surface et éviter que les bandes rouges ne ressortent par transparence.

Un peu de masquage a également été nécessaire pour d’autres pièces comme le buste, les manchettes et l’intérieur du bouclier.
Plusieurs tailles de masking tape, dont du 1,5mm pour les bandes rouges et blanches.
Plusieurs tailles de masking tape, dont du 1,5mm pour les bandes rouges et blanches.

Le masque réutilisable réalisé pour les bandes des jambes
Le masque réutilisable réalisé pour les bandes des jambes

La peinture des étoiles et des inscriptions

Est venu ensuite le temps de peindre les étoiles. Dans un premier temps je pensais les faire par masquage, et puis j’ai opté pour une technique beaucoup plus simple : réaliser un pochoir à l’aide d’une feuille transparente du type couverture de reliure.

J’ai d’abord dessiné les étoiles au feutre indélébile pour déterminer la taille dont j’aurai besoin, puis j’ai découpé la forme au cutter. Un test sur papier m’a permis de vérifier que la forme était bonne avant de passer à la peinture sur l’Unicorn. L’avantage d’utiliser une feuille transparente est de pouvoir placer l’étoile au plus juste. Il suffit ensuite de bien plaquer la feuille contre la pièce et de passer un coup d’aéro. Ensuite on nettoie au diluant la peinture de la feuille transparente (qui du coup ne l’était plus…) et on recommence avec la suivante.

J’étais parti pour ne faire des étoiles que sur les épaules et le buste. Au final j’en ai mis un total de 25 un peu partout, sans toutefois trop charger le modèle pour éviter un effet trop kitch.

J’ai ensuite peint sur le bouclier les inscriptions "America FUCK YEAH !" au pinceau fin avec des peintures Prince August. Si l’expression ne vous dit rien, je vous invite à faire une petite recherche sur YouTUBE !

Enfin j’ai écrit, cette fois à l’aide un feutre , "Freedom Delivery System" sur le canon du bazooka, rapport à un meme bien connu quant à la propension des américains à apporter la paix dans le monde !
Réalisation des histoires à l'aide d'une feuille plastique transparente
Réalisation des histoires à l'aide d'une feuille plastique transparente

La peinture est terminée, ne manque que les panel lines
La peinture est terminée, ne manque que les panel lines

Les inscriptions du bouclier
Les inscriptions du bouclier

Les panel lines : ça passe ou ça casse

La peinture finie, il était temps de s’occuper des panel lines. Pour ce faire j’avoue avoir joué à la grosse feignasse et sorti le Panel line Accent Color. Vous savez le jus d’enamel tout prêt de Tamiya pour le panel lining. Je savais que je prenais un risque hélas la flemme du moment a eu raison de moi. Le destin frappa à ma porte et ce qui devait arriver arriva !

OH JEUNE BUILDER RAPPELLE-TOI DE CET ADAGE : UN DERIVE DE WHITE SPIRIT JAMAIS TU N’UTILISERAS SUR TON GUNPLA !

Ou en tout cas il vaut mieux l'éviter. Car en dépit de la prétendue grande qualité du plastique Bandai, il faut savoir que celui-ci , contrairement au plastique d’autres marques traditionnelles comme Tamiya ou Hasegawa, réagit très mal au white spirit et de ce fait aux peintures très diluées avec ce produit.

En effet le plastique Bandai peut casser sous l’effet du white spirit, surtout lorsqu’il s’agit de petites pièces fragiles ou sous contrainte du fait d’un emboîtement trop fort. J’ai découvert cette malheureuse propriété il y a une dizaine d’année à l’occasion d’un jus à l’huile dilué au white spirit. Mon bel Albion Ex-Model, parti pour être propre sorti d’usine, finit en épave.

Et cela s’est confirmé par la suite avec les jus tout prêts à base de white spirit vendus dans le commerce, et notamment le Panel line Accent Color. Tentez un gros wash des familles avec ce produit et vous allez voir votre gunpla se fissurer de toutes parts telle l’armure d’un chevalier de bronze face aux attaques d’un chevalier d’or. Et même si en appliquant le Panel Line Accent Color en petite quantité le risque peut être maîtrisé, celui-ci demeure bien réel.

Malgré toutes mes précautions, mon pauvre Unicorn n’y a pas échappé : fissures sur le buste et le masque.

J’ai corrigé cela en recollant les pièces, bouchant la fissure avec du Surfacer 1000, ponçant au grain très fin et enfin en repassant un coup de peinture. Mais c’est toujours rageant de voir qu’on ne peut pas utiliser ces produits bien pratiques sur les kits Bandai. Bon pour être honnête ce ne sont pas les seuls, j’ai déjà eu ce type de problème avec un kit PLUM.

Mais dans tous les cas je vous recommande vivement d’en rester à la bonne vieille technique du jus d’enamel fait maison dilué avec de l’essence F, qui est trouvable au rayon bricolage et quasiment sans danger pour le plastique et la peinture acrylique.

Une fois les panels lines nettoyées avec un coton tige légèrement imbibé d’essence F et les petites retouches faites, j’ai achevé le kit avec un coup de vernis Sol Plus. Il peut à présent répandre la liberté dans toutes les colonies du système solaire !
Puisqu'on vous dit que les gunpla n'aiment aps le Panel Line Accent Color !
Puisqu'on vous dit que les gunpla n'aiment aps le Panel Line Accent Color !

Galerie photo

Voilà pour la réalisation de se joli petit kit faite le temps d'un week end. Place aux photos du modèle achevé !











Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Rss




Facebook

Derniers tweets
zenkuro/hobbyforever : Ce cosplay de génie ! https://t.co/8aqHDJeS4v
Dimanche 12 Août - 13:00