Hobby Forever - le WebZine des Hobbyistes

Super Robot Chogokin Gaogaigar


Rédigé par Zenkuro le Dimanche 26 Février 2012 à 14:14 | Lu 856 fois | 0 commentaire(s)



Super Robot Chogokin Gaogaigar
Bandai, action figure, gamme : Super Robot Chogokin, série d'origine : The King of Braves Gaogaigar, prix : 5000 JPY, France : 55€, sorti en août 2011.

Ça fait bien longtemps que nous n'avons pas testé de jouet sur Hobby Forever (et pour cause ça faisait bien longtemps que je ne m'en étais pas offert :p). Et bien nous allons réparer cela avec la review du Super Robot Chogokin Gaogaigar sorti par Bandai en août 2011.

Boites du SRC Gaogaigar avec l'Overload Effect
Boites du SRC Gaogaigar avec l'Overload Effect

Présentation de la gamme Super Robot Chogokin

La gamme Super Robot Chogokin (SRC) a été lancée par Bandai en août 2010 est se veut en quelque sorte la petite sœur des Soul of Chogokin (SoC), la gamme de luxe de Bandai pour ce qui concerne les jouets de Super Robots. Ainsi comme les SoC, les SRC proposent des modèles de méchas issus de séries de Super Robots des années 70 à nos jours, Tokuhatsu (bioman and co) compris. Bref une gamme très variée mais dans laquelle il ne faut pas chercher du mecha réaliste.

Le dos de la boite, richement illustré
Le dos de la boite, richement illustré
Côté réalisation, il s'agit de jouets de 14 cm environ, dotés (d'un peu) de métal pour justifier l’appellation Chogokin, et à la finition plutôt bien fichue. S'ils ne sont pas transformables comme leur grands frères SoC, ils sont par contre ultra articulés. La gamme comporte à ce jour une petite 20ène de modèles, avec un rythme de sortie soutenu, de l'ordre d'un ou 2 modèles par mois actuellement, pour des prix aux alentours de 5000 JPY par modèle.

Une boite bien garnie !
Une boite bien garnie !

Introduction à Gaogaigar

Pour ceux qui ne connaissent par le Gaogaigar, ce mecha est la vedette de la série éponyme The King of Braves Gaigaigar, réalisée en 1997 par la Sunrise. Un anime qui conclut en beauté un genre qui fit les beaux jours de la Sunrise dans les années 90 : le Yusha, ou Brave Serie, qui comptabilisa 8 animes de 1990, avec Brave Exkaiser ,à 1997, avec donc Gaogaigar. Le concept est simple: des mechas transformables à foison, accompagnés d'un jeune enfant, luttent contre d'autres mechas hostiles pour sauver la terre, le tout dans un scénario ultra basique où l'ont réutilise à qui mieux mieux les scènes de transformation. Mais on s'en fout puisque tout l'intérêt de ces séries, c'est les mechas !

Le GGG de face
Le GGG de face
Et de ce côté là devinez qui est le mecha designer de la plupart de ces séries, et en particulier de Gaogaigar ? Kunio Okawara, et oui ma bonne dame. Un genre dans lequel ce mecha designer tant décrié sur MS Gundam fait de véritables merveilles ! Alors arrêtez de dire qu'il est nul, c'est que sont truc c'est le Yusha, pas les mechas réalistes !

Vue de 3/4
Vue de 3/4
Le Gaogaigar est ainsi composé de 4 éléments (5 en fait) s'assemblant lors de la Final Fusion :
- le Gaigar un robot (tronc). Le Gaigar est lui-même résultant de la transformation de Galeon, un mecha lion, suite à sa fusion avec le cyborg Gai
- le Drillgao : une foreuse (jambes)
- le Lineargao : un train de type Shinkansen (épaules)
- le Stealthgao : un avion (dos et avant bras)
Outre la forme Gaogaigar, le Gaigar peut s'assembler avec une ou plusieurs des Gaomachines selon les besoins. Sur ces bonnes paroles, attaquons notre test.

Vue de dos, avec une jolie sérigraphie "GGG" sur le Stealthgao
Vue de dos, avec une jolie sérigraphie "GGG" sur le Stealthgao

Packaging

La boite du GGG est fort jolie avec sa belle photo du modèle et ses idéogrammes en lettre argentées. Y'a pas à dire ça pète ! A l'arrière on retrouve classiquement une tonne d'images du modèles et de ses différents accessoires pour vous donner l'eau à la bouche. On aurait peut être juste aimé avoir une fenêtre permettant de voir le modèle à l'intérieur, mais ne chipotons pas, c'est pas le plus important. A l’intérieur tout est bien rangé dans des emplacements plastiques sur deux niveaux, accompagnés d'un disque de plastique pour l'effet Protect Shade et d'un feuillet en noir et blanc expliquant la mise en place des différents accessoires. Bref une boite bien garnie.

Les éléments de l'Overload Effect
Les éléments de l'Overload Effect
Ma version est accompagnée de l'Overload Effect dans une petite boite simple en noir et blanc, qui est un bonus offert avec la première édition du GGG à l'occasion des 1 an de la gamme SRC.

Admirez la tête de lion issue du Gaogai
Admirez la tête de lion issue du Gaogai

Finition

Le GGG, qui mesure environ 15cm, est prêt à être exposé sorti de boite, il n'y a qu'à lui fixer le Stealthgao dans le dos. Et hop ! Ce qui frappe tout de suite c'est le superbe rendu des couleurs. Peintures métallisées (rouge, bleu, gris), nacrées (blanc) et noir glossy, y'a pas à dire ça claque ! La grosse majorité du modèle est peinte, et ça ça fait rudement plaisir. Par contre attention, j'ai l'impression que la peinture est assez fragile, donc évitez au maximum les frottements inutiles. Le Stealthgao et les jupes par contre présentent le noir d'origine du plastique, mais le rendu reste très bon. Les Drills des genoux sont même en plastique gold plated, du plus bel effet. On aurait peut être aimé un poil de panelling pour souligner les détails mais c'est chipoter pour un jouet de cette qualité.

De superbes couleurs métallisées
De superbes couleurs métallisées
La finition est exemplaire, avec un moulage de haute tenu, beaucoup de détails (sans doute un des plus beaux jouets du Gaogaigar), y compris dans des endroits peu visibles comme les détails mécaniques sous les épaules. Il y a également très peu de lignes de jointure ou de points de coupes visibles, ce qui rend vraiment cette figurine agréable à regarder. Pour ce qui est du métal, c'est finalement assez limité : pied, haut de la cuisse, et partie extérieure noire du genou, mais ça assure la stabilité et le poids de ce jouet qui fait tout de même 230g pour sa taille.

Très beau travail sur les chenilles du Drillgao
Très beau travail sur les chenilles du Drillgao

Mobilité exemplaire

Si ce GGG n'est pas transformable, cela est au bénéfice d'une mobilité à toute épreuve ! Tout, je dis bien tout, bouge sur cette figurine, afin de vous permettre de lui donner des poses ultra dynamiques ! Les épaules, formées par le Linergao bougent de haut en bas, d'avant en arrière, c'est la fête ! Les coudes ont une double articulation, plus une très discrète placée dans les avant-bas qui permet à ces derniers de ce replier totalement en dépit de leur important volume. La classe. Le buste a une double rotule pour penser d'avant en arrière et latéralement.

Dividing Driver !
Dividing Driver !
Les jambes ont un angle de pliage correct et le pied est suffisamment mobile pour assurer l'équilibre en toute circonstance. Cela grâce au panneau extérieure de la jambe qui peut se soulever, ce qui permet de libérer les mouvements du pied. On regrettera simplement la mollesse des articulations reliant la cuisse à la hanche, mais cela n'est pas pénalisant une fois la figurine posée, son poids la stabilisant. Enfin les ailes du Stealthgao peuvent s'écarter vers l'arrière. Bref avec tout ça vous n'avez aucune excuse si vous n'arrivez pas à reproduire les attitudes de l'anime !!

Des épaules très mobiles
Des épaules très mobiles

Une figurine riche en accessoires

De ce côté là le GGG est également très bien servi. 5 jeux de mains tout d'abord : poings fermés, mains ouvertes, mains avec doigts tendus, mains pour le Hell and Heaven et le Protect Shade (j'y reviendrai), un visage alternatif sans le masque (visage humain donc) ainsi qu'un V-fin (pour parler comme dans Gundam) de rechange souple.

Le rendu du Dividing Driver fait un peu trop plastique, dommage
Le rendu du Dividing Driver fait un peu trop plastique, dommage
Le plus gros équipement est le Divinding Driver, qui s'équipe en lieu et place d'une des mains du GGG. La finition fait très plastique mais on appréciera le rendu chrome de la lame et les touches de peinture. L'engin reste assez léger pour être porté sans difficulté par le GGG et ainsi permettre de reproduire les poses de la création du Dividing Field, un espace alternatif créé par le GGG afin d'éviter les dommages collatéraux.

Brocken Magnum !
Brocken Magnum !
On dispose ensuite d'un effet en plastique rose à mettre autour du bras droit du GGG afin de reproduire le Brocken Magnum, pour faire simple le Fulguro-poing de notre héros. Il suffit de retirer la main et de clipser les pièces sur l'avant bras. Très joli effet. Le bras peut d'ailleurs se séparer du Gaogaigar pour être monté sur un socle séparé, non fourni.

Protect Shade !
Protect Shade !
Une sphère de plastique vert ondulé permet quant à elle de reproduire le Protect Shade du GGG, qui est, vous l'aurez deviné, un bouclier d'énergie créé par son bras gauche. Une main spéciale vient alors se placer dans un creux du disque pour permettre son montage sur le GGG.

Hell and Heaven !!
Hell and Heaven !!
Nous avons ensuite une paire de main dédiée à la plus fameuse des attaques du GGG : le Hell and Heaven. Les bras devant être dirigés en avant, poings serrés, Bandai a tout prévu : on change les pièces formant la crinière de la tête de lion avec une version offrant l'espace nécessaire pour faire passer les bras ! Hop ni vu ni connu ! Une ode au métal mou ! Deux pièces sont également à changer à l'arrière du Stealthgao pour ouvrir les aérations comme dans la série. Bref excellent !

Le Zonder Core arraché !
Le Zonder Core arraché !
Notre GGG vient également avec un Zonder Core (l'espèce de sphère avec des câbles et un cœur rose), qui en fait représente dans la série le cœur des mechas ennemies où réside un humain transformé en Zonder (les méchants si je puis dire). Après avoir battu son adversaire, le GGG lui arrache son Zonder Core (façon « je t'arrache le coeur ») pour que Mamoru Amami, le jeune enfant héros de la série, le purifie afin de lui rendre forme humaine.

Final Fusion !
Final Fusion !
Deux mots sur l'Overload Effect destiné à reproduire (je pense) la tempête de lumière qui se crée lors de l'assemblage du GGG pour dire que c'est un bonus vraiment du plus bel effet, composé de 4 pièces de plastique souple vert transparent de toute beauté.

Les Victory Set 1, 2 et 3
Les Victory Set 1, 2 et 3

Options !

Enfin, sachez que les accessoires peuvent ne pas s'arrêter là, puisque 3 sets supplémentaires, vendus séparément, existent pour les fans inconditionnels :
- le Victory Set 1, pour 2000 JPY, qui comporte le Golden Hammer et le Goldimar en mode poings.
- le Victory Set 2, pour 3500 JPY, avec le Stealth Gao II, un Gatteling Driver, Deux Phantom rings, un Protect Wall, et un socle pour exposer le Stealth Gao II, afin de permettre de former le Star Gaogaigar.
- le Victory Set 3, une exclusivité Tamashii Web Shouten à 2500 JPY, qui propose le Dimensional Pliers

Conclusion

Bref vous l'aurez compris, nous avons affaire à une excellente représentation du Gaogaigar à un prix tout à fait correct, 5000 JPY, compte tenu de la richesse des accessoires, et qui plus est distribué officiellement en France par Bandai Collector au prix raisonnable de 55€. Avis aux amateurs de GGG et des Yusha, il serait dommage de s'en priver !



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Août 2015 - 19:23 Review - G.G.G. Fumina Hoshino 1/10

Jeudi 12 Avril 2012 - 19:22 Diecast Collectable Gold Dalek - Review

Vendredi 9 Mars 2012 - 14:16 Super Robot Chogokin Choryujin