Hobby Forever - le WebZine des Hobbyistes

La Japan Expo 2008 vue par Yvan West Laurence


Rédigé par Yvan West Laurence le Dimanche 3 Août 2008 à 15:20 | Lu 8261 fois | 1 commentaire(s)



Je m’arrange aujourd’hui pour vous livrer mon « petit » compte rendu sur les 4 journées de folie furieuse que je viens de passer à Japan Expo.

Tout d’abord petit rappel des faits : Japan Expo a débuté le 3 juillet, un jeudi, pour fêter les trente ans de l’arrivée en France de Goldorak. Cette année, le salon Japan expo, ou plutôt devrais-je dire Kultiverse, s’est déroulé sur 4 jours.

Lettre de mission

C’est à la demande de Bandai que je m’occupais d’animer un coin de leur stand avec des concours de montage maquettes Gundam, tandis qu’ils s’arrangeraient pour en distribuer alentour… Tâche que j’acceptais volontiers, tout en agrémentant le concours de quelques lots supplémentaires confiés par Pika, éditeur manga, et Beez, éditeur vidéo, mais surtout en demandant secours à Anigetter et Hangar Mk II pour la distribution des maquettes, ainsi gérée sur plusieurs points dans le salon et non un seul (ce qui se serait avéré délicat rapport au public).

Installation du mercredi

La mission commençait pour tous les responsables de stands la veille de l’ouverture, soit le mercredi 2 juillet, pour moi sans doute plus tardivement que pour d’autres, d’autant que la veille une soirée protocolaire et un bon dîner en charmante compagnie m’ont sensiblement ralenti l’esprit… ;)

Quoi qu’il en soit le mercredi en fin d’après-midi (on m’avait annoncé installation dès 17h30, mais beaucoup étaient là dès le matin) j’arrivais après avoir chargé, avec l’aide de mon amie Dany, de nombreux cartons pour l’exposition maquettes, et quelques objets supplémentaires pour ma mission de 4 jours (restes de lots précédents, jouets, maquettes, etc.). Je les déposais sur le stand Anigetter qui commençait à prendre forme grâce à Isamu, Zenkuro, Kira et Dux 2081… Le temps de serrer les pognes à toutes mes connaissances sur les deux halls gigantesques, et il était déjà tard… Mais j’en profitais pour repérer les lieux, parking, lieux de livraison, stand Bandai par rapport à Anigetter avant de repartir toujours en compagnie de la sémillante Dany. Le lendemain allait sans doute être « sport ».

Mise en place des kits pour l'exposition sur le stand ANIGetter
Mise en place des kits pour l'exposition sur le stand ANIGetter

Jeudi matin

KultiVerse, et Japan Expo, allait ouvrir ses portes à midi pour tout le monde, mais pour les exposants le travail pouvait commencer dès 7h00. C’est plutôt vers 9h30 que j’arrivais, habillé de façon classe, ce qui n’était pas forcément une bonne idée pour aider à décharger le camion. J’ai d’ailleurs pris une sacrée douche avec la pluie au dehors et si l’activité physique, doublée d’une atmosphère très chaude ne m’avaient pas aidé à évaporer tout ça je serais sans doute encore trempé jusqu’aux os. Mais revenons à cette première journée du jeudi.

Première constatation : le jeudi était bien plus rempli que je ne pensais et surtout a été particulièrement fatigant. Je m’y attendais à moitié, après tout il fallait que j’installe mes maquettes sur l’espace Anigetter tout en prévoyant mes activités sur le stand Bandai, et même si le salon n’ouvrait ses portes que vers midi, c’était une véritable course contre la montre pour tout le monde. Quelques privilégiés, au nombre de 300, ont pu précéder la foule qui attendait dehors, et entrer dans le saint des saints vers 10h30 seulement pour constater que la majorité des stands étaient encore en cours d’installation.

Quoi qu’il en soit, je terminais d’installer les maquettes, essentiellement SF (Star Trek, Star Wars, kitbash perso) avec quelques figurines (DBZ, Bubblegum Crisis…) et robots (Votoms, Patlabor, un peu de Go Nagai), quand je prenais enfin conscience de la complexité de la tâche pour l’animation autour des maquettes Gundam.

Mission : distribution !

Là encore petit rappel des faits : Comme vous le savez l’année dernière cela avait été un peu le chaos, l’anarchie, l’injustice la plus totale… Certains partaient avec des cartons entiers de Gundam Wing ou même de Zeta Master Grade, d’autres se résignaient à partir les mains vides. La distribution, confiée à Beez, avait rapidement dégénéré et échappé des mains de l’éditeur vidéo, face à une foule hargneuse, d’autant que les livreurs n’avaient rien trouvé de mieux que de placer les stocks en plein salon, livré à l’avidité de beaucoup d’imbéciles heureux.

Cette année, tout le monde était un peu nerveux à l’idée de renouveller l’opération, les organisateurs de Japan Expo en premier lieu, qui ne désiraient pas, on les comprend, revoir une telle chose se produire.

Déchargement du camion Bandai
Déchargement du camion Bandai

Tombés du camion

Ainsi dans un premier temps le stock de maquette aura-t-il été installé sur le parking, dans un semi-remorque, qu’il fallait vider régulièrement de son contenu, avec des moyens de misère. Un transpalette mais pas de haillon sur le camion, donc fallait tout descendre à la main, palettes par palettes, et surtout, même une fois recomposés à terre, les palettes avaient interdiction de passer le seuil du salon. On a dû se contenter de bêtes porte-bagages dans un premier temps, ensuite on a pu utiliser des roule-pratiques (l’un acheté spécialement par Isamu et l’autre unique engin de levage Bandai) et même des rols (des cages métalliques à roulettes qu’on voit souvent pour les marchandises en magasin), mais cela n’en restait pas moins éreintant et astreignant surtout qu’évidemment il fallait qu’il pleuve quand on se rendait au camion.

On a été parfois jusqu’à 8 à faire la chaîne, dans le camion d’abord, vers le salon ensuite avec une autre difficulté majeure : il me fallait du 1/144 alors que les palettes en cul de camion ne contenaient que du 1/100. Dans un premier temps, un Swirx rigolard a dû plonger littéralement sur les palettes pour rechercher les précieuses maquettes, nageant à travers les cartons, expulsant de ses bras puissants les cartons nécessaires aux concours…
Là encore un grand merci à tous.
Sans votre aide rien de tout cela n’aurait été possible !

Répartition des modèles

En tout cas, la sélection des modèles a-t-elle été judicieusement pensée ; avec uniquement des Strike Gundam au 1/100 pour les grandes maquettes, et quelques palettes pleines de modèles au 1/144, un panachage « simple » (Ginn, Strike, Duel, Astray rouge et bleu) qui évitera d’avoir des jaloux pour les grands modèles (chacun le même) et d’avoir largement de quoi animer mes concours de montage de maquettes Gundam pendant les quatre jours.

Là où cela se complique c’est que coordonner les efforts pour transporter les maquettes du semi-remorque au stand Bandai et aux stands maquettes (Anigetter et Diorama Project) s‘avérera extrêmement difficile. Encore un GRAND merci à tous, Anigetter, Hobby Forever, Passion Garage Kit, Hangar Mk II, car sans vous tous le pauvre préposé aux maquettes ainsi que moi-même y serions encore !

Une partie de l'exposition de maquette
Une partie de l'exposition de maquette

Coup de sifflet !

Le coup d’envoi est lancé, les premiers visiteurs entrent dès 11h30, alors que je continuais à placer mes maquettes, lesquelles avaient pour certaines fort peu apprécié le voyage.

Avec la participation de tous, l’espace exposition était non seulement conséquent mais bien rempli. Des cordons de sécurité pour empêcher les gens de toucher (ce qu’ils font beaucoup trop souvent avec un regard innocent certes, mais cela peut avoir des conséquences graves sur nos précieuses miniatures !) mais aussi quelques panneaux indiquaient clairement ce à quoi on devait s’attendre (il en manquait quelques uns mais ce n’était pas bien grave). Des maquettes plastique, des kits en résine, en soft vinyl, et du PaperCraft et l’indémodable Arcadia en Canette de bière !

Le début des démos sur le site ANIGetter
Le début des démos sur le site ANIGetter
Une autre moitié était clairement réservée aux démonstrations, avec les forums Hobby Forever, Passion Garage Kit, dont les membres ont pu, s’ils osaient enfin se montrer au grand jour, découvrir les têtes des uns et des autres en IRL (In Real Life)… Mais surtout des tas de kits en cours. G-rosquick a ainsi ramené, tout comme au dernier Paris manga, des kits Gundam 00, Zenkuro ses kits « no paint » ainsi qu’un fascicule réalisé pour l’occasion, expliquant comment réaliser sa première maquette, quel matériel de base… De précieux conseils pour les débutants. Miaka terminait une de ses figurines, Isamu avait apporté un prototype d’un personnage designé par Philippe Cardonna… Ce genre de démonstration a clairement démontré son intérêt à Chibi et nul doute que là encore le succès était au rendez-vous. Près d’eux un petit espace réservé à l’association Tokinowa consacré à l’univers de Leiji Matsumoto.

Enfin, et cela aura beaucoup servi, un espace clos comprenait un frigo et les réserves pour toute l’équipe d’Anigetter pour faire face aux 4 jours d’exposition. Complété d’une de mes étagères métalliques, sacrifiée en fin d’expo, ainsi que de deux tabourets de bar pour être assis tout en étant en hauteur pour surveiller le public on aura eu encore cette année notre lot d’objets personnels au service du plus grand nombre ! ;)

La queue sur le stand Bandai pour avoir une maquette
La queue sur le stand Bandai pour avoir une maquette

On rase gratis !

Le stand Bandai amassait lentement au départ, plus rapidement avec l’aide des bénévoles de Anigetter et Diorama Project, les maquettes à offrir aux visiteurs.

Il apparut rapidement qu’il fallait imposer un délais et un horaire pour ces kits 1/100 gratis. Cependant les files d’attente ne tardaient pas à bloquer la circulation en se formant régulièrement devant le stand Bandai, ce qui était loin de ravir les organisateurs.

Mais on peut ici féliciter la discipline de ces visiteurs, à la fois patients et sympathiques, qui ont attendu sans broncher le moins du monde. Mais comme cela ne ravissait personne, et qu’il fallait en plus surveiller l’atroupement, Bandai a vite proposé de faire gagner des maquettes pour l’achat de certains objets sur leur stand. Une manœuvre typiquement commerciale mais qui a porté ses fruits, sauf que trop souvent, des clients se ruaient sur moi pour obtenir la maquette promise, je devais alors les conduire à la caisse pourtant bien visible.

Le balet des files d’attente continuera jusqu’au bout des 4 jours…

L'un des diorama Saint Seiya sur le stand Bandai
L'un des diorama Saint Seiya sur le stand Bandai

Du côté Bandai

Après avoir installé mes maquettes chez Anigetter, je partais donc sur le stand Bandai, après avoir été aidé par tous pour me fournir en maquettes Gundam, dehors, sous la pluie, dans les conditions difficiles que j’ai déjà évoqués, afin de commencer les concours. Le temps de tout avoir, je ne commençais ceux-ci qu’en milieu d’après-midi sans même avoir eu le temps de manger.

A côté de moi des expositions de prototypes de figurines Saint Seiya et d’autres très récentes, en vente exceptionnellement au stand. Un étal bien loin de Gundam mais qui était très attendu au tournant. En complément un superbe diorama d’un groupe de personnes très douées qui se sont déjà illustré de nombreuses fois avec leurs décors autour de Saint Seiya.

L'espace concours sur le stand Bandai
L'espace concours sur le stand Bandai
Plusieurs tables étaient installées pour les démos de cartes Bandai (Naruto, DBZ, Bleach…), mais aussi pour les fameux concours de montage maquettes Gundam.

Pas toujours facile de faire comprendre aux gens qu’avec moi il n’était pas question de donner simplement la maquette, mais avec une bonne blague, un sourire et un « je vous demande juste de vous asseoir et de participer à un concours de montage de cette maquette très simple, vous repartez avec de toute façon mais si vous la terminez avant les autres, vous gagnerez d’autres maquettes, des DVD, des manga… ». Regard ahuri des visiteurs, pensant qu’il s’agit d’une blague. La majorité d’entre eux restent, trop heureux de trouver une activité rapide et simple, à faire qui plus est assis. D’autres, s’en vont prétextant « je n’ai pas le temps ». j’ai même eut droit à des « allez quoi, je repars ce soir à Lyon/Grenoble/perpète les oies je peux pas repasser demain, soyez gentil » mais je restais intraitable la plupart du temps, surtout quand on me sort ça en début de journée… C’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace.

L'un des très nombreux concours de montage de maquette
L'un des très nombreux concours de montage de maquette
Quoi qu’il en soit, et du jeudi jusqu’au dimanche, j’ai aligné un grand nombre de concours, jusqu’à 5 par heures, Le dimanche j’en ai fait tant que je passais presque autant de temps à jeter les cartons vides, et j’ai compté jusqu’à 30 concours.

Le déroulement est tout ce qu’il y a de plus classique par rapport à ce que je faisais depuis presque 10 ans dans les conventions et salons, à un détail près : pas d’inscription ! C’était totalement inutile et surtout c’était plus rapide et convivial comme cela.

Les gens présents participaient, je remplissais facilement les sièges disponibles, même si de temps en temps je devais ruser pour obtenir mon quota, mais c’était réglé en quelques minutes. Une fois les gens posés, les maquettes sélectionnées dans les mains (toujours le même modèle, ce qui n’était pas évident vu le florilège de kits dispos dans les cartons 1/144), j’expose brièvement le produit, le but du concours et fait saliver tout le monde en montrant les objets à gagner en plus. Les premiers jours j’obtenais des DVD de Beez, et quelques manga de Pika, mais rapidement, je devais me contenter de faire gagner tout simplement d’autres modèles de maquettes, le grand Strike ou les autres 1/144.
Cela marchait tout aussi bien, et un autre principe que j’ai déjà éprouvé ces dernières années a fait ses preuves : les personnes gagnantes choisissent elle-même leur lot au fur et à mesure. Parfois le n°3 ou 4 pouvait tomber sur la grosse maquette… Au final un moment convivial et sympathique, même si particulièrement crevant.

Cependant…

Faut quand même bien reconnaître que si la majorité des gens se sont comportés de façon exemplaire, sont repartis avec le sourire, et d’autres sont même repassés pour me remercier, d’autres personnes, en minorité, se sont montré d’une insolence et d’un irrespect total. Par exemple, mal élevés par l’expérience de l’année dernière, certains n’hésitaient pas à fouiller carrément dans mes cartons pour « voir » disaient-ils… Voir et toucher, y’a comme une nuance me semble-t-il. Et comme j’aime pas qu’on me prenne pour un imbécile, mon ton peu enjoué ne semblait pas ravir, voire faire peur aux impudents.

IL y a même eut de la fauche, à un moment ou je vérifiais une maquette terminée, alors que je laissais les lots à gagner sur un coin de table, je constate en revenant à ma place, au bout de quelques secondes, qu’il manque des maquettes. Un jeune couple présent à côté m’indique qu’il s’agissait d’une vieille dame qu’ils ont pris pour une membre du stand Bandai… Un comble, et je pense savoir ce qui il s’agissait, j’avais repéré une vieille pie, genre pique-assiette, effectivement vive dans ses mouvements, prête à tout piquer… Ben du coup j’ai été sans cœur, j’ai signalé le délit et indiqué que les perdants seraient les personnes présentes, qui auraient alors moins de lot… C’est pas de l’injustice, mais le message est parfaitement passé : certains étaient près à faire parler les poings à la responsable.

Pire encore : dernier jour de Japan Expo, le dimanche soir vers 19h00, un attroupement incroyable réclame leurs maquettes gratis. Les responsables de Bandai sont vite débordés par une foule de fous, d’impolis, dont certains qui pensaient sincèrement partir avec des collections complètes, d’autres désirant échanger un modèle qui leur plaisait pas… Devant l’impudence de tels comportements, le ton est vite monté et j’ai fait parlé ma « voix du chef », ce qui aura vite permis d’imposer un peu de discipline et de distribuer plus calmement les maquettes. Alors que je voulais superviser la livraison de cartons pour Anigetter et moi même pour les prochains salons, je cédais à l’envie d’aider mes collègues du moment et jouais à la fois les videurs de boites « tu as ta maquette, tu dégages ! » et les distributeurs prudents et polis « une par personne, merci bien, bonne fin de salon ! ».

Des attitudes qui me laissent chaque fois pantois… Les gens, en foule, sont tout sauf raisonnables… Avec 10.000 maquettes, on avait de quoi faire plaisir à 1/10e des visiteurs de Japan Expo. La bêtise et l’avidité humaine ne connaît visiblement aucune limite.

Ces 4 jours m’auront fortement marqué, d’autant que je n’ai fait que cela tout du long et si certains n’avaient pas fait l’effort de venir me voir, je n’aurais sans doute pas vu grand monde.
Mais surtout le samedi 5 juillet j’apprenais une bonne nouvelle : ma sœur avait donné naissance à ma petite nièce, Maïa, et j’étais devenu Tonton. Un plaisir teinté de ressentiment, la nouvelle me parvenant tardivement et les horaires de visite ne me permettant pas de la visiter à la clinique. J’attendais une semaine avant de trouver le moyen de voir la petite, la plus belle petite fille du monde !


Encore une fois ce fut un grand plaisir que de partager ce temps et cet espace avec tout ceux que j’ai pu rencontrer sur place.

Prochain rendez-vous, plus modeste, mais d’égale importance dans mon cœur : Paris Manga en septembre prochain ! Et ensuite un Chibi-Japan Expo Kultima pour fin octobre début novembre…


Photos : Yvan West Laurence, Zenkuro




1.Posté par kameyoko le 06/08/2008 21:06
Merci pour ce compte rendu complet et intéressant.

Un bel evenement que cette Japan cette année

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Mai 2014 - 18:27 Geekopolis - 17 et 18 mai 2014 - Compte rendu

Vendredi 14 Février 2014 - 19:55 Paris Manga - 8 et 9 février 2014 - Compte rendu