Hobby Forever - le WebZine des Hobbyistes

MG CONCEPT-X-6-1-2 Turn X - Review


Rédigé par Seb le Samedi 9 Août 2014 à 08:33 | Lu 1049 fois | 0 commentaire(s)



MG CONCEPT-X-6-1-2 Turn X - Review
Bandai, Master Grade, 1/100. Série : Turn A Gundam (1999).
Date de sortie : 14 juin 2014. Prix : 6 000¥ (environ 45€).

Présentation

Le Turn X est le dernier Mobile Suit antagoniste de la série Turn A Gundam, sortie en 1999 au Japon. Comme le MS éponyme de la série (dont le Master Grade est sorti en 2007 en tant que centième modèle de la gamme), il est dessiné par le designer américain Syd Mead.

Si l’on observe une ressemblance entre le Turn A et le Turn X, c’est tout simplement car les deux unités sont sœurs. En effet, le Turn A Gundam a été conçu par ingénierie inversée effectuée sur le Turn X, lui-même d’origine inconnue. Il est spéculé que ce Mobile Suit proviendrait d’une colonisation lointaine de l’Homme dans l’espace et représente le summum des capacités technologiques de celui-ci.

On ignore cependant si le Turn X est un Mobile Suit expérimental hautement performant ou bien un simple grunt chair à canon de cette civilisation hypothétique, il a été découvert à la dérive dans l’espace.

Sa principale particularité est de n’avoir qu’une seule main et un bras droit qui peut s’ouvrir et renferme un canon à particules et un sabre. Son autre aptitude étonnante est de pouvoir démonter tout son corps. Chaque membre devient alors une partie autonome pilotée par la pensée de son pilote. Il s’agit là d’une version plus poussée du concept des Funnels développés dans Gundam, ces fameux modules téléguidés par le Psycommu qui exploite les ondes mentales des pilotes.

S’il y a une chose que le Turn X sait faire, et Turn A Gundam en général, c’est susciter des vagues quant à sa direction artistique. En effet, Turn A Gundam était à ce jour la dernière série originale Gundam réalisée par Yoshiyuki Tomino, le papa de la Saga Gundam.

A l’époque, le réalisateur souhaitait mettre un terme (comme déjà lors du film Char Contre-attaque) à la série avec un dernier projet qui devait être la conclusion finale de tous les univers de la Saga (L’Universal Century et les Alternatifs développés par Sunrise au fil des années).


Pour se faire, Tomino choisi une direction artistique radicalement différente des précédents Gundam et collabora avec le designer Syd Mead, connu dans le domaine de la SF américaine. Mead développa donc les Mobile Suits de la série et avait admis que le Turn X faisait partie de ses favoris. L’esthétique du Turn X, c’est simple : on aime, ou on n’aime pas.

La dernière fois que le Turn X est apparu en animation, c’était dans la série Gundam Build Fighters avec une version colorisée en dorée. Comme le GX de la série Gundam X, on peut imaginer que Bandai ait profité de l’occasion pour sortir ce modèle oublié depuis le temps en Master Grade. En effet, le Turn X n’avait connu qu’une édition 1/144 First Grade en 1999 à l’époque de la série TV.

Au-delà du Gunpla, le Turn X est également sorti en Robot Damashii en 2009 et en kit résine chez B-club en 2011. Voyons donc ce que donne cette version bien plus prestigieuse et si elle est à la hauteur des espérances des amateurs du modèle.

Contenu du kit

Le Turn X se présente sous la forme de 15 grappes toutes en polystyrène excepté pour les deux du socle qui sont en ABS. On notera l’absence de polycaps, les articulations particulières du Turn X ne nécessitant aucunement ces pièces habituellement utilisées. La pièce la plus imposante du lot restera celle qui compose le Backpack et donne un avant-goût de la grande taille du modèle.

Le kit comprend également des pièces violettes transparentes du plus bel effet. Enfin, il se détaille avec une plaque d’autocollants et une de décals secs qui permettront d’ajouter quelques éléments supplémentaires.

Pour les accessoires, le Turn X étant une artillerie ambulante, il possède dans son backpack (appelé Weapon Platform) un Bazooka, un Beam Rifle, un second plus petit, et enfin un lance-missiles. Du côté des équipements intégrés, son principal atout est son bras droit qui peut s’ouvrir en pince et lancer le Shining Finger, déflagration thermique directement héritée du Shining Gundam de la série G Gundam. Il est également possible de placer une lame dans cette partie pour former une épée.

Enfin, le Turn X est fourni avec un socle spécial basé sur les Action Bases classiques de Bandai mais doté de nombreux supports supplémentaires pour permettre de donner les poses « Bloody Siege ». Il s’agit de sa fameuse capacité à séparer tout son corps en modules armés autonomes.

Globalement, on ne peut pas dire que le Turn X soit un kit détaillé. Le Mobile Suit est composé de pièces d’armures assez lisses et longues. On notera que l’inner frame du Turn X est largement dominante notamment sur les bras ou le torse qui ne dispose de pièces d’armures qu’en façade. Les pièces étant en général lisses, assez peu de travail de paneling sera à fournir sur ce kit. Pour l’armure principale, à part les Golgoths qui servent d’épaules, le Turn X présente très peu de lignes de jointures. A l’inverse, le Weapon System est quant à lui très anarchique et détaillé, ce qui promet beaucoup de travail dessus. Il est également décoré par différentes pièces transparentes auxquelles il faudra faire attention en cas de peinture.

Détails et mobilité

Pour rester sur le Weapon System, on regrettera que la tenue du lance-missiles et du petit Beam Rifle soit aussi faiblarde. Du côté des autres petits détails, on notera que la tête s’ouvre pour laisser apparaître le cockpit, mais sortir de ce MS doit provoquer de sévères maux de tête à force de se prendre le toit dans la tronche. En réalité dans l'animé, le cockpit s'ouvre bien plus et le bas de la tête s'avance. Bandai n'a pas pris le risque de reproduire ce mécanisme, ce que l'on peut comprendre car ça aurait éventuellement fragilisé le tout.

Le design global du Turn X en déroutera plus d’un car celui-ci est totalement asymétrique et aux lignes très particulières. En effet, le manque de symétrie fait que le montage est un poil plus difficile à suivre car les deux bras et les deux jambes sont différents l’un de l’autre à chaque fois. Couplé à ceci, le système d’articulations hors normes du Turn X fait qu’il s’agit là d’un kit un peu plus difficile à appréhender, là où les Master Grades de ce type sont habituellement simples à monter. Autre élément intéressant lors du montage, la fameuse « Arm Unit », à savoir le bras droit, qui est bien articulé et très détaillée.

Chaque pièce de la coque externe est doublée à l’intérieur d’une pièce transparente ce qui donne un rendu très beau. Ce bras refermant un canon, il est également possible de lui insérer une lame de couleur orange qui forme son épée thermique. Concernant l’autre bras, celui-ci est bien entendu plus classique et outre le pouce, les doigts ne sont pas articulés, ce qui est un gain de stabilité en plus. Trois ensembles de doigts sont fournis : poing fermé, tenue d'arme, main ouverte.

Le Turn X est également une grosse bête, avec ses 20,5 centimètres de haut, il rejoint les rangs des grands Mobile Suits en 1/100 MG avec le Nu Gundam par exemple.

Bloody Siege

On arrive à la principale caractéristique du Turn X, le « Bloody Siege ». En tout, le Turn X se sépare en dix parties mobiles volantes qui sont toutes armées de canons à particules. Tels des Funnels, les pièces du Turn X sont capables de harceler l’ennemi et bien plus encore.

En tout, ce sont donc les avant-bras, les épaules, les jambes, le torse, le bassin, la tête et le backpack qui peuvent être disposés de diverses façons sur le socle transparent prévu à cet effet.

Concernant le socle, celui-ci est basé sur les Action Base classiques 1/100 de Bandai. Il se présente sous forme d’une base sur laquelle un manche peut se voir ajouter des supports en plus. On notera que le socle n’est pas du tout articulé. Les pièces sont uniquement conçues pour être emboîtées selon un crénelage permettant de garder une bonne stabilité. En remarque personnelle, je dirais que le poids des jambes par rapport aux autres morceaux est assez inquiétant. Je doute que les supports puissent tenir cette charge très longtemps.

Le système d’attache des articulations est bien pensé car il s’agit de pièces qui s’emboîtent sans trop avoir à forcer. Celui-ci est relativement robuste mais risque de vite fatiguer si l’on joue trop avec. En effet, avec le temps le plastique va travailler et les parois vont forcément s’élargir. Il sera peut être nécessaire à long terme de devoir renforcer les articulations pour pouvoir garder des poses particulières.

Verdict

On peut classer le Turn X dans la même catégorie que le GX-9900 Gundam X. Bandai n’en a pas trop fait avec, mais à l’inverse on ne ressent pas un goût de trop peu. En effet, il était nécessaire de rendre au Turn X ses lettres de noblesse avec ses capacités particulières et le kit est complet pour profiter de son design atypique. L’ensemble est propre, le montage brut a un rendu de qualité et le kit est assez bien détaillé et articulé. Un modèle fan-service pour les fans du Turn X, dont je fais partie, qui est imposant et en jette.

Il s’agit cependant d’un kit un poil plus difficile à monter du fait de son design anarchique et de ses formes inhabituelles pour du Gunpla, déjà le MG Turn A Gundam était assez particulier dans le style. Avec ses articulations démontables, il sera également assez difficile de le personnaliser au-delà de la peinture sans commencer à dégrader sa capacité « Bloody Siege ». Il ne s’adresse pas vraiment aux débutants.











Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Juin 2017 - 10:24 Review - PLAMAX Gipsy Danger 1/350

Mercredi 31 Mai 2017 - 18:00 Review - PLAMAX Cherno Alpha 1/350