Hobby Forever - le WebZine des Hobbyistes

MG Griffon flight type


Rédigé par Zenkuro le Vendredi 19 Septembre 2008 à 18:37 | Lu 6481 fois | 0 commentaire(s)



MG Griffon flight type
Voici un kit que j’ai réalisé quasi en totalité lors de la Japan Expo 2008. Il s’agit du MG Griffon Flight type, sans doute la maquette plastique la plus réussi à ce jour (faute de mieux on va dire…) de ce superbe mecha de la série Parlabor et designé par Yutaka Izubuchi, mais dont la réalisation commence fortement à dater (sortie en 2002). Composé d’environ 170 pièces seulement, c’était le candidat idéal pour une réalisation en convention, d’où mon choix pour la JE.

MG Griffon flight type

Review rapide : un kit crispant...

Si le Griffon en impose du haut de ses 22cm et nous propose un design aérodynamique très racé, on regrètera un certain nombre de défauts. Ce kit est relativement décevant concernant le niveau de détails. Seuls le moteur dorsal, la mécanique des jambes et le cockpit sont finement détaillés. Le reste est assez léger, à l’image de la frame quasi complète mais qui n’est en fait qu’un squelette servant à fixer les pièces et pas vraiment une frame détaillée. Elle est trop fine et sans rapport avec la frame que l’on peut voir sur certaines illustrations d'Izubuchi.

MG Griffon flight type
Ensuite, comme tous les kits plastiques Patlabor, les gaines qui protègent les articulations sont en plastique souple. Par conséquent il n’est pas vraiment possible de poncer correctement, d’où des lignes de moulage et des points de coupe quirestent visibles. De plus certaines pièces comme l'intérieur du genou et les semelles sont aussi faites dans cette matière, si bien que la peinture craquelle facilement si vous les tordez par mégarde.

Enfin, la mobilité n’est pas à la hauteur de son modèle animé et n’offre finalement que des poses statiques, d’autant plus que les membres ont tendance à se déboiter à outrance dés qu’on manipule un tant soit peu le modèle.

Bref la conception est vraiment bâclée pour un MG (même de 2002) et ce kit mériterai une ver.2.0 réalisée selon les standards actuels. Il n’en reste pas moins très agréable grâce à son design unique.

La tête se soulève et le capot avant se retire pour laisser apparaître le cockpit
La tête se soulève et le capot avant se retire pour laisser apparaître le cockpit

Une réalisation classique mais efficace

J’ai réalisé ce kit de manière très basique pour pouvoir tenir le délai des 4 jours de la convention, ce que je n’ai pas réussir à faire d’ailleurs puisque j’ai du vernir et peindre le pilote de retour chez moi.

Je n’ai pas collé ni mastiqué les pièces d’armures afin de les laisser amovibles afin de découvrir les détails mécaniques disponibles. Ceci explique la grande ligne de jointure visible sur l’avant des jambes, mais c’est aussi là que ce situe des détails mécaniques qui méritaient de pouvoir rester visibles.

La couleur unique de l’armure, le noir, a été réalisée à la peinture laquer Mr color noir avec un aéro équipé d’une buse de 0.4mm pour gagner du temps compte tenu de la grande taille des pièces de ce kit.

Le moteur dorsal
Le moteur dorsal
La frame a été réalisée avec du Tamiya Titanium Silver sur base noire brillante, puis j’ai donné un peu de volume avec un voile de peinture transparente Smoke. J’ai procédé de même sur la face interne des pièces qui étaient détaillées avec une armature, en peignant le fond en noir mat à l’aéro équipé en 0.2mm directement à main levée pour faire ressortir l’armature métalisée.

J’ai détaillé au pinceau le cocpkit, les parties mécaniques et le moteur dorsal. Ensuite j’ai appliqué un jus d’huile noir sur la frame, les parties internes de l’armure et les parties moteurs. Enfin j’ai ajouté quelques touches de Silver sur l’amure pour faire ressortir les vis.

Vue du pilote
Vue du pilote
A la fin de la JE, tout le modèle était peint, ne manquait que le vernis final et le pilote. J'ai peint ce dernier au pinceau avec de la peinture Citadel après avoir appliqué une sous-couche en bombe. Pour lui donner du relief, une fois les teintes de bases peintes, j’ai réalisé des éclaircissements et des ombrages à l’aide de glacis, c’est à dire des couches successives de peinture très diluées.

La mécanique des jambes
La mécanique des jambes

Vernis au klir : erase and rewrite

A court de vernis « classique », j’ai voulu essayer le klir pour la première fois, ce fameux produit ménager destiné faire briller votre carrelage et qui n’est ni plus ni moins que du vernis acrylique (voici un lien pour tout savoir sur le klir).

Première tentative, premier échec : en voulant appliquer du klir dilué à l’alcool et vaporisé en grande quantité sur les pièces avec une buse de 0.4mm (espérant avoir une belle couche brillante après tendu du klir), j’ai en fait eu un horrible effet « peau de serpent » sur la peinture laquer (mais rien à signaler sur les parties peintes en acrylique).

Faces interne de certaines pièces d'armure
Faces interne de certaines pièces d'armure
J’ai donc du polir entièrement le modèle pour rattraper cette bévue. Pour cela j’ai frotté les pièces avec du dentifrice liquide et un chiffon humide… et beaucoup d’huile de coude ! C’est plus économique que du compound, ça sent bon et ça marche aussi bien !

La deuxième tentative fut la bonne ! Donc après avoir gommé l’effet disgracieux, j’ai réappliqué le klir cette fois non dilué (le klir est déjà assez liquide à la sortie du bidon il faut dire) par fines couches sur l’ensemble du modèle. Cette fois pas de problème, ouf !

Conclusion

Au final, et même si je n’apprécie guère ce kit de par sa piètre conception technique et ma réalisation relativement basique, le Griffon présente une robe noire satinée plutôt sympa. Une nouvelle fois la preuve qu’il y a toujours moyen de rattraper ses bourdes ! Enfin je dis ça mais en manipulant le modèle pour les photos, la jointure du tibia que j'avais collée et mastiquée s'est fissurée... monde de m**de...



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Rss




Facebook

Derniers tweets