Hobby Forever - Maquettes des univers de l'imaginaire

Review - la pince ultra-thin single blade nipper de DSPIAE


Rédigé par Zenkuro le Dimanche 20 Juin 2021 à 19:10 | Lu 984 fois | 0 commentaire(s)



Le luxueux packaging de la pince single-blade de DSPIAE
Le luxueux packaging de la pince single-blade de DSPIAE
Petit test matos aujourd’hui, histoire d’alimenter un peu le site :p

On parle beaucoup de la marque chinoise DSPIAE dans le milieu du Gunpla ces derniers temps. Celle-ci propose beaucoup de produits que je trouve souvent très pompeux avec un packaging très (trop?) élaboré et des prix relativement élevés pour un produit chinois, qui se veut toutefois de qualité. C’est avec sa pince single-blade, qui se veut une alternative à la fameuse God Hand japonaise, que DSPIAE s’est fait un nom. Je me suis donc laissé tenter, tout en étant très sceptique je dois le dire.

Une pince single-blade, c'est quoi ?

Mais tout d’abord, qu’est ce qu’une pince single-blade ? Une pince coupante classique dispose de deux lames tranchantes, on a donc un effet de tenaille lorsqu’on coupe. Le principe de la single blade est différent : on a une lame tranchante, beaucoup plus fine que celles d’une pince classique, l’autre lame étant en fait une enclume. Ce principe permet en théorie une coupe plus nette qu’avec une pince classique. Je dis en théorie puisque bien sûr tout va dépendre de la qualité de la pince et notamment de l’alignement des lames. Le risque avec une single-blade est en effet que la lame tranchante vienne chevaucher l’enclume, ce qui peut l’endommager. Pour éviter cela il faut d'abord que la pince soit bien usinée de base. Ensuite la plupart des pinces single-blade possède un système de stop qui empêche le chevauchement s’il est bien réglé. Voilà pour le principe.

Le gros point faible des single-blade c’est qu’elles sont extrêmement fragiles du fait de la finesse de la lame de coupe. Elles sont donc à réserver pour couper le dernier morceau de grappe au plus prés de la pièce. De plus, il faut s’en servir avec précaution pour éviter tout stress abusif de la lame qui conduirait à sa rupture. Bref c’est une pince de finition qui ne vous épargnera pas l’achat d’une pince classique pour le gros du travail.

Dans ce type de pince, je le disais, le modèle le plus haut de gamme reste l’Ultimate Nipper de God Hand, que j’ai eu l’occasion d’essayer chez mon ami Hobby Ninja. Une pince aussi tranchante que précise dans son assemblage, vendue autour de 5000JPY au Japon soit dans les 40 € hors frais de port. Le succès de cette pince à conduit la plupart des fabricants de matériel de modélisme à sortir leur propre single-blade. Personnellement j’ai possédé la SGOT de Doyusha (environ 25€ au japon), que j’ai malheureusement cassé assez vite à cause d’une mauvaise utilisation. Ma femme a la version de Wave (15€) dont l’extrémité de la lame s’est également cassée malgré une utilisation précautionneuse. Bref, j’ai quelques points de comparaison pour vous donner mon avis sur la DSPIAE.

Enfin, par principe les pinces single-blade sont asymétriques et s'avèrent plus difficile d'utilisation pour les gauchers que les pinces classiques. Certaines marques comme God Hand proposent des versions spéciales gaucher, mais c'est encore peu fréquent et il me semble que ce n'est pas encore le cas de DSPIAE.
Comparaison entre la pince DSPIAE et la Tamiya Sharp Pointed Side Cutter
Comparaison entre la pince DSPIAE et la Tamiya Sharp Pointed Side Cutter

Présentation de la pince DSPIAE

La pince DSPIAE se trouve très facilement sur Aliexpress, et notamment sur le shop officiel DSPIAE, pour 25€ hors frais de port (comptez 32€ au total), ou dans certaines boutiques françaises autour de 35€.

La première chose qui saute aux yeux avec cette pince, c’est son packaging. C’est complètement ouf, on a l’impression de nous vendre un bijou dans son écrin. Là où n’importe quel fabriquant vous propose sa pince dans un classique blister (même la très onéreuse God Hand), ici on a droit à une boite classieuse et solide. A l’intérieur, deux étages :
- un premier où l’on trouve une protection en simili-cuir pour la pince, une présentation du principe de coupe et un code d’authentification à rentrer sur le site de DSPIAE pour vérifier si vous n’avez pas acheté une copie (si si!). Mais ce n’est pas tout, à l’intérieur de ce petit boitier on trouve une chiffonnette en micro fibre et une notice en chinois et anglais qui nous explique comment bien utiliser notre pince afin d’éviter la casse.
- au deuxième étage on trouve notre fameuse pince et un petit outil qui va nous permettre de régler la vis de stop anti-chevauchement des lames.

Je sais que beaucoup vont trouver ça fantastique mais personnellement je trouve ça too much. Honnêtement une bonne partie du prix de la pince doit passer dans ce packaging et le système d’authentification. Certes la copie est omniprésente en Chine, mais on parle d’une pince à 25 balles quoi... Pour moi ça sent l’esbroufe à plein nez, reste à voir ce que vaut vraiment l’outil en lui-même.
Le contenu de la boite, moi je dis que ça rentrait dans un blister :p
Le contenu de la boite, moi je dis que ça rentrait dans un blister :p

La coupe de la DSPIAE

Première sensation dans la main, on est dans des dimensions classiques, 55 grammes sur la balance, on a un revêtement en caoutchouc pour le grip. Rien de particulier à signaler de ce côté là, on ne retrouve pas le côté luxueux du packaging sur la pince, mais c’est son efficacité qui nous intéresse ! Première bonne impression, l’assemblage est très bon, et le stop est d’origine parfaitement réglé. Les lames s’alignent bien sans chevauchement. C’est un problème que j’avais eu avec la Doyusha et surtout la Wave et qui n’est pas présent avec la DSPIAE. Un bon point donc !

Passons à la coupe, c’est le plus important après tout !
Rien à dire sur l'assemblage, la jonction des lames est nickel et le stop parfaitement calibré
Rien à dire sur l'assemblage, la jonction des lames est nickel et le stop parfaitement calibré

Conseil important, dégrappez toujours avec une pince classique en laissant un peu de grappe sur la pièce. Ici j’utilise ma pince Tsunoda, une petit pince à 15€ au japon dont j’aime beaucoup le grip large pour une bonne prise en main. Sa coupe est dans la moyenne des pinces classiques, ça nous servira de comparatif.

C’est donc le petit surplus de plastique, alias l'ergot ou le gate en anglais, que l’on va venir couper à raz avec notre pince DSPIAE. Procéder ainsi permet non seulement d'éviter les risques de casse de la single-blade en cas de mauvaise manipulation mais aussi de préserver son tranchant.
Toujours utiliser une pince robuste pour détacher les pièces avant de finir le travail avec une single blade !
Toujours utiliser une pince robuste pour détacher les pièces avant de finir le travail avec une single blade !

Verdict : le tranchant est bon mais on n’est pas au niveau du tranchant des meilleures lames japonaises. Avec la Doyusha et la God Hand, j’avais vraiment l’impression de couper comme dans du beurre, et du beurre mou ! Si je pousse la métaphore, avec la DSPIAE le beurre est encore un peu ferme mais ça coupe bien quand même.

A noter que DSPIAE recommande pour une coupe la plus lisse possible de prendre appui sur le rebord de la pièce avec le côté enclume. Mais il y a en réalité très peu de différence de hauteur entre la lame et l’enclume si bien qu’on a vite fait de couper trop de plastique. Il faut donc faire attention à cela.

Bon d’accord mais les traces de coupe alors ? c’est pas mal du tout, c’est même plutôt bien, mais ce n’est pas au niveau de ce que j’attendais après toutes les éloges que j’avais entendues sur cette pince et le packaging prétentieux.

Mais ça reste globalement propre avec très peu de résidu de plastique. Face aux pinces classiques, on est un poil au dessus de l'excellente Tamiya Sharp Pointed Side Cutter, une pince à 20€ au Japon et 35€ chez nous, et qui est ma pince principale. La robustesse en moins, bien évidemment.

Comparaison Tsunoda / DSPIAE / Tamiya
Comparaison Tsunoda / DSPIAE / Tamiya

Enfin, le résultat est plus ou moins propre selon le placement de l'ergot à couper. Notamment, s'il n'est pas placé sur un bord, il restera un petit peu de plastique. Niveau qualité de coupe, ça reste en dessous de God Hand, il n’y a pas photo. Par rapport à la Doyusha, on a un tranchant moins propre mais un assemblage global de la pince qui m’a l’air de meilleure qualité. Par rapport à la Wave par contre, on est clairement au dessus.
Quelques coupes avec la DSPIA, selon l'emplacement de l'ergot la coupe peut être parfaite ou laisser un peu de résidu, voire mordre dans le plastique si on place mal l'enclume.
Quelques coupes avec la DSPIA, selon l'emplacement de l'ergot la coupe peut être parfaite ou laisser un peu de résidu, voire mordre dans le plastique si on place mal l'enclume.

Mon avis final

Pour conclure, la DSPIAE est-elle surcôtée ? Je n'irai pas jusque là. Par rapport à la concurrence, elle est dans le bon créneau, celui des pinces japonaises à 25€. Mais je ne peux m’empêcher de penser que si le packaging était moins pompeux, elle pourrait être vendue bien moins chère. Quant au prix français de 35€, ça reste le prix d’une pince classique de qualité par chez nous, comme la Tamiya.

Donc est-ce une bonne pince qui vaut son prix ? Face à la concurrence en single-blade, oui. La seule option vraiment au-dessus mais à un prix bien supérieur reste la God Hand.

Est-ce une alternative valable à une bonne pince classique comme la Tamiya ? Là c’est à vous de voir. Les deux ont une très bonne coupe. La DSPIAE, grâce au système single-blade, stresse moins le plastique et laisse donc moins de marques. Toutefois ça n’est pas parfait et si vous peignez votre kit, il y aura toujours un peu de ponçage à prévoir, au moins au grain 1000, pour avoir une surface parfaite. Donc à vous de voir si vous préférez la coupe un poil plus propre de la DSPIAE ou une pince plus robuste comme la Tamiya. Sachant que dans tous les cas vous pouvez prendre une pince moyen de gamme et finir le travail proprement à la lime fine ou papier abrasif.

Si par contre vous recherchez une pince pour du montage de Gunpla sans peinture, la DSPIAE est un bon choix car les marques de coupes seront alors très discrètes, et à prix correct pour ce type de pince, le packaging en plus.

Pour vous faire une idée du résultat final sur un kit, je vous laisse avec quelques photos du HG Juggernaut 1/48 de Bandai, issu de la série 86, que j'ai monté avec la DSPIAE et sans aucun ponçage supplémentaire. Le rendu global est quand même très propre :)
HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai
HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai

HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai
HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai

HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai
HG Juggernaut Shin use 1/48 de Bandai



Nouveau commentaire :



Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Rss




Facebook